UBER risque de perdre sa licence à Londres !

L’autorisation de l’entreprise américaine de VTC d’opérer dans la capitale britannique doit expirer le 30 septembre

Et si Uber perdait sa licence ­à Londres ? Malgré ses 40 000 chauffeurs et une large part du marché des véhi­cules de transport avec chauffeur (VTC) dans la capitale britannique, l’entreprise américaine est dans une situation précaire.

Son autorisation d’opérer à Londres, valable cinq ans, arrive à expiration le 30 septembre. Son renouvellement n’est toujours pas garanti, la pression venant à la fois des autorités londoniennes, qui veulent davantage d’argent, et des chauffeurs, qui demandent de meilleures conditions de travail.

Du côté des autorités, Transport for London (TfL), la régie des transports en commun, a publié, lundi 18 septembre, ses nouveaux tarifs permettant d’obtenir une ­licence. Ceux-ci font un bond ­gigantesque : ils passent de 2 826 livres il y a cinq ans à… 2,9 millions de livres (3,2 millions d’euros) pour les cinq prochaines années. Soit mille fois plus.

TfL affirme qu’elle ne vise pas spécifiquement Uber. Simplement, fait-elle valoir, le marché des VTC a explosé ces dernières années, passant de 65 000 chauffeurs en 2013 à 116 000 aujourd’hui. Cela représente un sérieux coût administratif pour TfL, pour traiter les dossiers mais aussi pour faire respecter les règles. La régie a notamment des officiers qui patrouillent pour s’assurer que les VTC ne prennent pas des clients directement dans les rues, sans rendez-vous, ou que les voitures sont aux normes.

Elle a donc décidé d’augmenter fortement ses tarifs, en créant huit catégories suivant la taille des entreprises de VTC : de 2 000 livres pour moins de dix voitures à 2,9 millions de livres pour plus de 10 000 voitures. Uber, qui est bien sûr dans la dernière catégorie, n’a pour l’instant pas réagi officiellement.

Pression sociale

Parallèlement à ce bras de fer avec les autorités, l’entreprise californienne est sous pression sociale. Lundi, une poignée de syndicalistes a remis à la mairie de Londres une pétition ayant recueilli 106 000 signatures, demandant un meilleur traitement des chauffeurs. Ils veulent qu’Uber assure le salaire minimal, des congés payés et une couverture en cas de maladie.

« Actuellement, en comptant le prix de la location de la voiture auprès d’Uber et l’essence, un chauffeur gagne 7 à 8 livres de l’heure (8 à 9 euros). Il faut que ça augmente d’au moins 50 % », estime Dennis Bartholomew, qui est chauffeur à temps partiel et membre du syndicat GMB. Il n’est cependant pas reconnu par Uber, qui estime que les chauffeurs sont des autoentrepreneurs et ne peuvent donc pas avoir de représentation syndicale.

Le désaccord avec les chauffeurs va se régler en justice. En octobre 2016, Uber a perdu en première instance, le tribunal du ­travail estimant que ceux-ci devaient être considérés comme des salariés. « La notion qu’Uber à Londres est une mosaïque de petites entreprises reliées par une plate-forme commune nous semble assez ridicule », a déclaré le juge.

Furieux, Uber a mis à la porte son avocat et a interjeté appel. L’audience doit débuter le 27 septembre, et le jugement n’est pas attendu avant plusieurs mois. « Quel que soit le résultat, nous sommes presque certains que cela montera ensuite à la cour d’appel [un cran au-dessus du tribunal du travail d’appel], parce que c’est un dossier tellement important », estime Maria Ludkin, directrice des affaires légales de GMB.

Le jugement pourrait avoir des répercussions au-delà d’Uber. Une large partie de l’économie de ces plates-formes technologiques dépend de leur utilisation du statut d’autoentrepreneur, pour réduire les charges sociales et transférer les risques financiers aux exécutants. La décision pourrait faire jurisprudence.

Source : LE MONDE - Eric ALBERT Londres, correspondance